Pourquoi ces fiches familiales ?

Les fiches familiales, rédigées par une équipe interministérielle et partenariale, avec l’appui d’experts, cherchent à soutenir les familles dans leur effort pour créer des conditions favorables à la scolarité de leurs enfants. Elles proposent des pistes pour l’action et visent à faciliter les échanges, ainsi que la recherche d’informations.

Ces fiches abordent la scolarisation dans le cadre scolaire et ne traitent pas les besoins spécifiques que peuvent avoir certains enfants. Elles sont destinées à tous ceux que l’accompagnement de la scolarité des enfants intéresse. Les accompagnateurs à la scolarité, les médiateurs entre les familles et l’école, notamment, peuvent les utiliser dans leurs relations avec les familles.

Les fiches familiales sont fondées sur les principes suivants :

  • toutes les familles, chacune à sa manière, peuvent soutenir la scolarité de leurs enfants ;
  • mais cela n’a rien de simple ni de facile : la « bonne distance » vis-à-vis de la scolarité des enfants est difficile à trouver ; il y a toujours pour les parents le risque d’en faire trop, le risque de ne pas en faire assez… ;
  • c’est l’action de chaque jour qui soutient chez les enfants l’envie d’apprendre, la persévérance dans l’effort, la confiance en soi, l’espoir scolaire et l’espoir en l’avenir, y compris dans les situations compliquées ou difficiles ;
  • s’informer, créer un cadre favorable pour son enfant, anticiper, organiser, tout cela contribue à renforcer les familles dans leurs compétences et à leur donner confiance en ce qu’elles peuvent faire pour accompagner la scolarité de leurs enfants ;
  • les fiches cherchent à être aussi concrètes que possible pour outiller les familles et leur permettre de prendre toute leur place. Les fiches familiales prennent en compte ce que certains spécialistes appellent la « triple autorisation » nécessaire aux apprentissages :
  • l’enfant doit savoir que sa famille l’autorise à acquérir les savoirs qui vont lui être utiles, y compris s’ils diffèrent de ceux des parents;
  • lui-même doit s’autoriser à acquérir des connaissances qui ne sont pas celles de sa famille et, le cas échant, à mieux réussir dans ses études que ses parents ;
  • enfin, il doit accepter que ses parents soient différents de lui. L’enfant doit être également placé par l’école dans des situations favorables à ses apprentissages (climat, organisation, méthodes, programmes…).

Quelques liens…

Share